Lecture

Profession du père

Titre : Profession du père
Auteur : Sorj Chalandon
Editeur : Le livre de poche

Ce livre, c’est l’histoire d’un homme vu à travers les yeux de son fils de 11 ans. Ce n’est pas drôle, ça peut être arrivé à n’importe lequel d’entre nous, pas forcément tout, certains actes.

J’ai connu la violence d’un père envers ses enfants, j’ai eu un beau-père alcoolique qui frappait ses enfants, pas nous, mon frère et moi, du moins très peu, mon frère peut-être un peu plus que moi, ma mère pareille. Je ne sais pas si c’est le fait que je lui ai dis que ce n’était pas mon père, qu’il n’avait aucun droit sur moi, encore moins de violence et que si il levait la main sur moi j’allais à la police qui a fait en sorte qu’il ne m’a jamais frappé où si c’est parce que j’étais une fille…? J’avais une dizaine d’année. On cachait la violence, on ne savait pas que c’était mal, on ne savait pas qu’on aurait pu le dénoncer. Dès qu’il partait se cacher dans le garage, il buvait et revenait ivre, l’alcool méchant… Maintenant j’ai du mal avec les gens qui boivent ne serait-ce qu’un fond de whisky. Ca m’angoisse. J’ai peur qu’ils deviennent violent. Il est mort depuis. Je ne sais pas si ses enfants sont tristes ou soulagés. Je n’ai plus de contact depuis que ma mère l’a quitté.

J’ai connu et connais encore un beau-père avec des problèmes psychologiques non diagnostiqués, en tout cas, personne ne l’a fait consulter pour ça, mais un fou n’est pour lui-même pas fou non ? Ils appellent ça de la dépression. J’appelle ça de la folie, un pervers narcissique, un mec pas net, un mec qui ment beaucoup et s’invente une vie. Mais je vais m’arrêter là parce qu’il n’est pas mort celui-ci.

Revenons-en à notre livre, Emile, 11 ans, un garçon éblouit par son père qui a excellé dans plusieurs métier : judoka, pasteur, parachutiste, il a eu un rôle déterminant pendant la guerre, il a côtoyé De Gaulle et bon nombre de personnalité. A 11 ans, on boit les paroles de son père, on en est fier ! On le raconte aux copains, à tout le monde !

Mais ce qu’il ne dit pas aux copains et au monde entier c’est que son père entre souvent dans de grandes colères, il devient violent. Il bat son fils et sa femme, les rabaissent en permanence. Leur famille n’est qu’eux trois. Plus d’autres contacts familiaux, pas le droit de ramener qui que ce soit dans la maison. Personne ne les visite, comme si ils vivaient reclus.

Ce père, décide que son fils sera soldat de l’OAS, il le soumet à des exercices militaires dans le but final de tuer De Gaulle. Parce que De Gaulle a trahit le père d’Emile…

Une femme dans cette histoire : la mère. Toujours inquiète pour son fils, pour elle. Elle ne dit rien, ou presque, elle reste passive, subit la folie de son mari. Elle vit à travers lui avec toujours la peur de mal faire. Elle est mise à l’écart par son mari, rabaissée, mais se rend-elle compte de la folie de ce dernier ?

Lorsqu’Emile à 21 ans, son père décide de déménager avec sa mère, laissant le jeune homme se débrouiller seul, avec dans l’appartement qu’il doit rendre à la fin du mois, seulement son lit, sa chambre, le reste est vide.

La dernière partie nous raconte Emile adulte, il a fondé une famille, il reprend un semblant de contact avec ses parents, s’inquiète pour sa mère. Il essaie de découvrir la vérité, de comprendre son père…

Vivre dans le mensonge et la peur pour un enfant de 11 ans doit être une pire des choses.

Mais la fin du livre, nous résume tout.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *